Ah, Halloween ! Ce soir, de petits esprits maléfiques vont envahir les rues à la recherche de friandises. Jack, Sally et tous leurs amis, nous souhaiterons la bienvenue dans leur ville d’Halloween. Gomez et Morticia Addams, nous offrirons leur danse endiablée.

Ce soir, un homme pourra se balader tranquillement, en passant inaperçu. Si vous le croisez, avec son linceul et sa faux, n’ayez pas peur. Il veut juste faire son travail. Il repère les âmes qu’il va prochainement récolter 😉.

Ce travail, il l’effectue toute l’année bien sûr ! Vous avez vu une personne lui ressemblant ? Entendu une charrette qui grince cette année ? Alors, prenez-garde ! Votre fin est proche… ou pas !

L’Ankou (pour ceux qui ne l’auraient pas reconnu) est un petit farceur. Si vous l’apercevez, sachez qu’il ne vient pas nécessairement pour vous. Il a peut-être pour mission d’emporter l’un de vos proches.

Petit rappel tout de même. L’Ankou n’est pas la Mort. Il en est simplement le serviteur. Il fait le sale boulot. Lorsque votre heure a sonné, c’est lui qui vient faucher votre âme. Un petit tour en charrette, et il vous conduit à sa patronne.

Plusieurs légendes existent autour de ce mystérieux personnage. Quelques-unes sont utilisées dans cet article.

Le nouveau L’Ankou

Nous voici le soir de Noël (oui, le temps passe vite). C’est l’heure de la Messe. Plusieurs d’entre nous ressentent un léger frisson. L’Ankou vient de passer. Ceux qui ont ressenti ce frisson sont prévenus. Ils n’ont plus que quelques heures, jours ou mois à vivre. Ils n’auront pas la chance d’assister à la prochaine Messe de Noël.

Les Merveilles de la nuit de Noël- 1844- © Domaine Public

L’Ankou travail seulement 365 (ou 366) jours. Il est remplacé tous les ans. Comme la Mort est sympa, il doit uniquement s’occuper des âmes sa paroisse. Le dernier mort de l’année, devient L’Ankou pour l’année à venir.

Le samedi 31 décembre 1910, Marie-Guillemette GEREEC, décède à Plounéour-Ménez. Elle est âgée de soixante-deux ans.

Mini bio

Marie-Guillemette est née le dimanche 15 octobre 1848, à Plounéour-Ménez. Son père, Yves GEREEC, cultivateur, est âgé de trente-deux ans. Sa mère, Julienne ABGRALL, ménagère, est âgée de vingt-six ans.

Le vendredi 4 janvier 1878, Marie-Guillemette, vingt-neuf ans, épouse Alain Marie FLOCH, cultivateur de vingt-deux ans.

Ensemble, ils ont cinq enfants :

  • Anne-Yvonne, née le 17 octobre 1879
  • Marie-Anne, née le 18 octobre 1880- + 19 février 1906
  • Marguerite, née le 22 novembre 1882
  • Yves, né le 23 mai 1884- + 21 février 1886
  • Marie-Françoise, née le 28 avril 1887

Le dimanche 1er janvier 1911, Marie-Guillemette devient le nouveau L’Ankou.

Une année de récolte

L’assistant de l’Ankou

Elle ne tarde pas à récolter sa première âme. Le samedi 7 janvier 1911, à vingt heures, elle fauche la vie de Jean-François Marie LE ROUX, cinquante-trois ans. Elle vient d’embaucher son assistant.

Quitte à embaucher quelqu’un, autant prendre une personne que l’on connait.

Selon les recensements de 1886 et 1891, Marie-Guillemette GEREEC et Jean-François Marie LE ROUX vivent dans le même village. Et mieux encore, ils sont voisins ! Ils le restent jusqu’en 1893 au moins.

Recensement Plounéour-Ménez- AD29- Cote 6 M 627/3

Recensement Plounéour-Ménez- AD29- Cote 6 M 627/3

Charrette de L'Ankou

Les deux comparses se répartissent le travail. L’Ankou fauche la vie des personnes qui figurent sur sa liste. Son assistant récupère les âmes et les chargent dans la charrette.

Les 48

Durant leur CDD, Marie-Guillemette et Jean-François Marie ont récolté quarante-huit âmes, tous âges confondus.

ABGRALL Marie-Yvonne, 70 ansMAGUET Marie-Jeanne, 72 ansMERER Marie-Yvonne, 33 ansACQUITTER Marie, 87 ans
BELLEC Louis, 10 moisLE ROUX Marie-Jeanne Françoise, 68 ansKERAUTRET Marie, 19 joursBEUZIT Anne-Marie, 33 ans
MEN Marie-Jeanne, 68 ansALLAN Catherine, 72 ansPROUFF Marguerite, 64 ansCORRE Pierre-Marie, 37 ans
COULOIGNER Théophile, 6 ansMER Bernardine Marie, 3 ansBECAM Marie-Catherine, 38 ansBECAM Olivier, 75 ans
KERAUTRET Pierre-Marie, 70 ansMER Joséphine, 2 ansCAROFF Angèle, 9 moisCOZIC Jean-François Marie, 56 ans
AUFFRET Olive, 84 ansCHARLES Jean-Marie, 63 ansYZAAC Marie-Guillemette, 65 ansLE GALL Perrine, 63 ans
LE ROUX Marie-Françoise, 22 ansPENVEN Marie-Catherine, 80 ansLE MER Guillaume, 68 ansCORRE Yves-Marie, 81 ans
PROUFF Yves, 74 ansTHOMAS Jeannie, 21 ansRIVIER Germain, 84 ansROGARD Anne, 69 ans
MESSAGER Françoise, 64 ansROUX Yves, 66 ansBRAS Jean-Marie, 59 ansQUEMENER Marie-Françoise, 75 ans
QUEMENER Anne, 77 ansBELLEC Anne-Yvonne, 5 moisPAUGAM Marguerite, 22 ansBONNIOU Francine, 3 mois
LINGUINOU Jean-François, 61 ansPRIGENT Joseph, 35 ansLE MEN Jean-Yves Marie, 3 moisLE PAGE Suzanne Marie, 3 jours
KERAUTRET Marie-Gabrielle, 75 ansLE GALL Jean-François, 63 ansLE MER Yves-Marie, 80 ansFLOCH Jean-François Marie, 16 ans

La relève de L’Ankou

Le mardi 26 décembre 1911, à six heures du matin, Marie-Guillemette GEREEC et Jean-François Marie LE ROUX récolent leur dernière âme.

Jean-François FLOCH, jeune homme de seize ans, assura la relève pour l’année 1912. Le 1er janvier, il endossera le costume de L’Ankou.

Après une année au service de la Mort, ils vont pouvoir reposer en paix.

Ce soir, c’est Halloween, si vous croisez cet homme, dépêcher vous d’aller préparer votre testament !

Pour en savoir plus sur ce mystérieux personnage : une petite vidéo

6 Comments

  1. Bonjour, merci pour cet article dont les couleurs m’ont ravi. Je trouve que ce bleu glacier va très bien avec le sujet de l’Ankou. Je ne savais d’ailleurs pas que l’Ankou n’était qu’un serviteur de la mort en CDD. J’ai beaucoup aimé le choix de l’acronyme. Bravo !

  2. Je ne connaissais pas cette effrayante légende bretonne très bien racontée ici.
    A lire à la lueur d’une bougie le soir d’un des derniers jours de décembre 🙂
    Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Ce contenu est protéger